Suivre une formation dans le domaine spatial

Formation aéronautique

Le domaine aéronautique et spatial apporte de l’ambigüité dans l’esprit des jeunes étudiants. Un choix qui, selon eux, se focalise sur les pilotes de ligne. Or, cette croyance est faussée, car ce domaine englobe une multitude de choix dans la spécialisation et les métiers qui y sont liés. Ce domaine est même très riche et présente des métiers d’avenir. Toutes les raisons sont bonnes pour suivre une formation aéronautique ou spatiale et intégrer l’équipe dans ce domaine.     

 

Les postes correspondants existants

Le domaine aéronautique ou spatial ne se délimite pas sur le pilotage d’un avion ou d’une fusée, mais s’élargit sur des domaines très vastes. Les métiers de l aéronautique et du spatial sont diversifiant. Il existe une multitude de choix, en partant du personnel navigant au personnel de fabrication et de maintenance. Mais les formations solides sont exigées dans ce domaine puisqu’il représente une technologie de pointe et un travail de précision. Pour trouver une formation dans le domaine aéronautique et spatial, rendez-vous sur ce site www.airemploi.org

Les métiers navigants regroupent les pilotes de ligne et les personnels navigants commerciaux. Les métiers liés à la conception sont les techniciens ou ingénieurs de conception électronique et mécanique et les architectes intégrateurs. Les métiers de la production et de la maintenance englobent les techniciens d’usinage, les mécaniciens-monteurs, les monteurs-câbleurs, les chaudronniers aéronautiques, les ajusteurs-monteurs, les techniciens méthodes, les techniciens d’essais et les stratifieurs. Il existe également des métiers liés au domaine tertiaire, mais ils ne nécessitent pas une formation aéronautique ou spatiale.

   

La base requise pour pouvoir suivre la formation

La formation est basée à 90 % sur des matières scientifiques et techniques comme la physique, la mathématique, le génie mécanique, l’électronique, la robotique, la dynamique et l’ingénierie. Le candidat doit être de la filière scientifique ou technique pour pouvoir suivre une formation spatiale ou aéronautique. Dans ses enseignements de base précédents, il doit avoir de bonnes notes en mathématiques et physique, les deux matières de base dans l’enseignement général et qui sont des matières principales de base dans la formation.

La connaissance en linguistique est aussi très requise. La plupart des documents techniques sont en anglais, et la communication de base sur ce domaine est la langue internationale, dont l’anglais. Sur ce fait, il faut se familiariser avec la langue de Shakespeare pour intégrer ce domaine.     

 

Les avantages de la filière aéronautique ou spatiale

L’aérospatial et l’aéronautique promettent une technologie de pointe et de l’innovation. Leurs activités ne se limitent pas seulement à des transports aériens, mais participent également pour la défense et la sécurité civile, la télécommunication, l’observation de la terre et des orbites.

Les défis technologiques de l’aérospatial sont passionnants, car ils sont fixés sur la conception des aéronefs autonomes, au développement des drones, les nanotechnologies des satellites et la limitation des carbones générés par le transport aérien. Les défis des aéronautiques sont axés sur l’éradication des carbones générés par les avions.  

De plus, la France est la première région en Europe pour l’aéronautique et l’aérospatial. Ce domaine regroupe près de 146 000 employés, soit le 1/5 des salariés de toute la France. Un chiffre qui encourage à rejoindre toute une équipe d’ingénieurs, de techniciens et des tertiaires. De plus, avec les chaines de fabrication et d’assemblage qui tournent en plein régime, les sociétés œuvrant dans le domaine aéronautique et spatial embauchent en permanence des mains-d’œuvre. La formation spatiale et aéronautique est par contre obligatoire pour pouvoir être embauché.   

Des emplois d’avenir sont des mots qui résument bien les emplois générés par la filière aéronautique et spatiale. Ce secteur est en plein essor, diverses technologies et applications y sont liées : la géolocalisation, les prévisions météorologiques ou climatiques, l’imagerie haute définition. Quant à l’avion, il est devenu un des moyens de transport les plus sécuritaires, donc les plus demandées.

Et pour couronner le tout, le secteur paie correctement. Pour les jeunes ouvriers recrus, le salaire peut atteindre de 26 000 euros brut par an. Les jeunes ingénieurs peuvent avoir 36 000 euros brut annuellement. Le poste ainsi que les salaires évoluent bien.    

 

Les enjeux du domaine aéronautique et spatial

L’aéronautique et l’aérospatial sont propulsés dans une nouvelle ère industrielle. Leur production de masse a déjà généré des débris spatiaux presque ingérables. Un enjeu de grande taille dans le domaine spatial. De plus, le business spatial n’est pas systématiquement assuré et leur économie n’est pas encore stabilisée. Ce qui peut impacter les emplois qui s’y rattachent. Quant à l’aéronautique, la concurrence est rude, ce qui ne garantit pas la stabilité de ce secteur.

 

Les métiers liés à l’aéronautique et l’aérospatial sont diversifiés. Ils sont tous passionnants et très enrichissants. Des métiers qui conduisent vers des technologies de pointe et un travail minutieux. Malgré les enjeux, ce sont des métiers d’avenir qu’il faut s’accrocher pour s’aventurer dans une recherche ambitieuse. Mais, il faut à tout prix intégrer une formation solide pour pouvoir être embauché dans ce métier.

Trouver un métier rapidement dans l’informatique
Travailler dans le secteur des systèmes d’informations